La Vérité sur l’affaire Harry Quebert

De Joël Dicker

Publié par les éditions Fallois

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

On a beaucoup entendu parler de ce roman à l’automne 2012 car il avait reçu le prix Goncourt des lycéens. Autant, je ne me fie pas trop au jugement du jury du prix Goncourt, autant je suis rarement déçue par les romans nominés par le jury du Goncourt des lycéens. J’avais fait la critique plus haut du roman de Mathias Enard Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants qui avait reçu ce prix en 2010 et m’avait déjà beaucoup plu.

 

Pourtant, j’ai mis un peu de temps à me lancer dans la lecture de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert car je ne suis pas du tout attirée par les policiers ordinairement. C’est vraiment le seul genre que j’évite car je suis souvent déçue.

 

Pour être vraiment honnête, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert m’a donné la même impression que les autres policiers que j’ai pu lire : je me laisse emporter dans la lecture mais une fois le bouquin refermé, il ne m’en reste pas grand-chose.

C’est dommage, vraiment ! Parce que c’est un très bon roman, très intriguant !

 

Pour résumer rapidement l’histoire : Nola Kellergan a 15 ans lorsqu’elle disparaît en 1975. On n’a jamais retrouvé son corps et l’affaire est classée. En 2008, on retrouve le corps dans le jardin de l’écrivain Harry Quebert. Le personnage principal, Marcus Goldman, jeune romancier dont le premier ouvrage a rencontré un grand succès, est un ancien élève d’Harry Quebert. Plus que son élève, on pourrait presque dire qu’il était son disciple. Convaincu de l’innocence de son mentor, il décide d’enquêter de son côté.

D’un côté, on a l’enquête, les flash-back où l’on découvre rapidement la relation qu’entretenaient Harry et Nola, une relation qui devait rester cachée dû à leur différence d’âge, d’un autre côté on a Marcus Goldman, en manque d’inspiration pour son prochain roman très attendu du public et harcelé par son éditeur.

 

L’histoire est prenante, les personnages sont attachants, surtout Nola. Son passé semble tellement compliqué et intriguant, on a toujours envie d’en savoir davantage !

J’ai dévoré ce roman, mais malheureusement, comme avec tous les policiers, j’ai l’impression qu’une fois terminé, il ne me reste aucune émotion au souvenir de sa lecture.

 

 

 

Publicités