Recherche

Au fil des lectures

Présentations et critiques de mes lectures

Catégorie

Fantasy

Reine des batailles

Reine des batailles

De David Gemmel

Publié par Bragelonne

 reine-des-batailles-397342-250-400

David Gemmel était mon auteur de Fantasy préféré quand j’étais ado et reste aujourd’hui un auteur que j’aime beaucoup, même si je lis de moins en moins de Fantasy… Quand l’occasion se présente, je replonge avec plaisir dans son univers où les héros sont rarement tout blancs et innocents, où les batailles semblent toujours perdues d’avance… C’est vrai, le schéma est très souvent le même mais ça ne gâche en rien la lecture du roman car ses personnages ont un caractère à chaque fois très fort et attachant.

 

Pourtant, dans ce roman, le personnage principal est Sigarni, une héroïne pas très originale qui est désirée par tous les hommes, élève un aigle à la chasse, a pour meilleur ami un nain, pour amant un sorcier, et apprend au bout de quelques chapitres qu’elle descend de la famille royale qui a été destituée suite à la mort du dernier roi. Sigarni va donc devoir prendre les armes et défendre son peuple tyrannisé par les « outlanders ».

Je n’en fais pas une description alléchante mais ça reste un très bon roman de fantasy. Sigarni va devoir se faire respecter par ses soldats qui n’acceptent pas qu’une femme prenne le pouvoir, va devoir côtoyer les morts, va devoir changer de monde pour retrouver la couronne royale… Beaucoup de choses pour un roman de 400 pages seulement ! Une trilogie aurait été plus judicieuse pour mieux développer l’histoire.
La fin est également un peu décevante car le problème initial reste irrésolu…

 

Donc pour résumer, si vous voulez lire un bon roman de fantasy, lisez du Gemmel, mais plutôt le cycle des Drenaï ou la trilogie du Lion de Macédoine (c’est par cette série que j’ai découvert l’auteur et c’est celle qui m’a le plus marquée !)

A Game of Thrones

A Game of Thrones

De Georges R. R. Martin

Publié par HarperVoyager

Après une longue absence, je reviens pour la critique de ce long roman de 800 pages, et ce n’est que le 1er tome ! Je dois avouer que je n’en ai pas fini la lecture, j’ai décidé de faire une pause et de lire 2-3 romans avant de reprendre.

 

Mais j’en ai lu assez pour en faire la critique !

J’avais longtemps entendu parler du Trône de Fer, classique de la littérature de fantasy. Mais c’est en découvrant la pub de la série TV dans le magazine Geek, et en en regardant les 1ers épisodes (qui sont remarquables ! Je n’ai jamais vu une série TV d’aussi bonne qualité) que je me suis dit : je stoppe la série et je me lance dans le bouquin. J’avais déjà regardé 3 épisodes et pendant les 240 premières pages, j’ai retrouvé mot pour mot ce que j’avais vu (la série est incroyablement respectueuse du roman).

 

Le Trône de Fer traite d’un pays en conflit où plusieurs personnes veulent accéder au trône : il y a le roi actuel, Robert Baratheon ; le fils du roi déchu, Viserys et Jaime Lannister dont l’épouse est la sœur du roi Robert.

Dans ce contexte, Lord Eddard Stark va être appelé aux côtés du roi, un vieil ami, pour être son conseillé. Il va à la capitale avec ses deux filles en laissant femme et fils à Winterfell.

S’ajoutent aux conflits pour le trône, de mystérieux ennemis qui viennent du Nord et semblent imbattables.

 

Ce roman a tous les ingrédients d’un bon roman de fantasy. Il y a des personnages auxquels on s’attache davantage que d’autres, chaque lecteur y trouvera son compte.

 

Ce que j’ai surtout aimé dans ce roman, c’est qu’il ne s’agit pas d’une quête avec un unique héro qui va sauver le royaume mais plutôt de suivre presqu’au jour le jour le quotidien d’un pays qui doit surmonter plusieurs épreuves pour essayer d’atteindre une certaine paix mais surtout anticiper les conflits à venir (avec les mystérieux ennemis du Nord, avec le possible retour de Viserys…)

Et petite bonus supplémentaire : Viserys et sa sœur sont les derniers représentants d’un peuple qui chevauchait aux côtés de dragons, tous tués lors du combat contre Robert. J’espère bien que les dragons vont revenir dans la série ! J’ai toujours eu une fascination pour les dragons 😉

 

Un très bon et très long (comme la plupart des romans de fantasy…) roman !

Mais aussi une superbe série télévisée ! (et quel générique recherché !)

 

Bande annonce de la série :

Générique :

L’assassin du roi

L’assassin du roi

L’assassin royal t.2

De Robin Hobb

Publié par Pygmalion

Grand classique de la fantasy, L’assassin Royal se lit très facilement et est un véritable moment de détente. J’avais lu le tome 1 en 2009 je crois donc je ne me rappelais presque rien mais ce n’était pas gênant pour la lecture de ce tome 2.

Cela faisait longtemps que je n’avais plus lu de la fantasy alors que ça a été pendant longtemps un de mes genres favoris. C’est avec plaisir que je me suis replongée dans cet univers moyenâgeux pleins d’intrigues et de combats. Enfin plus d’intrigues que de combats dans ce tome… J’étais très enthousiaste au début et j’ai fini par me lasser un peu car j’ai l’impression qu’il ne se passe pas grand-chose tout au long de ces 400 pages… Une reine ennuyée, une jeune fille amoureuse, un roi malade, un roi-servant qui délaisse sa femme, et notre héros qui se retrouve entre tous ces petits drames. Bon d’accord, il y a aussi les méchants pirates rouges qui transforment les villageois en forgisés, des êtres sans âmes qui tuent tout sur leur passage. FitzChevalerie se retrouvera plusieurs fois confronté à ces créatures. Mais ce ne sont que de petits combats… Tout un tome qui raconte un hiver à la cours, en attendant les préparations pour le combat qui aura lieu au printemps contre les pirates. Une bataille qui se déroulera sûrement dans le prochain tome que je ne lirai pas tout de suite.

Toutefois, c’est quand même très agréable de relire un peu de fantasy, même si je regrette de ne pas plutôt avoir emmené avec moi la suite de Troy, de Gemmel. Ce sera pour une prochaine fois !

Vous pouvez également suivre l’évolution de mes lectures sur Babelio, la bibliothèque en ligne.

The Lord of the Silver Bow

The Lord of the Silver Bow

By David Gemmel

Published by Corgi Books

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de Gemmel, l’un des meilleurs auteurs de Fantasy selon moi.

Cette trilogie, Troy, est différente des Gemmel ordinaires, principalement dans le fait que le personnage principal n’est pas un anti-héro mais un vrai héro, un héro au grand cœur prêt à héberger une prostituée malade le temps de sa guérison, prêt à ne pas se battre pour celle qu’il aime car elle est destinée à épouser son meilleur ami, prêt à refuser d’être roi pour laisser la place à son jeune frère et prendre le large sur la Great Green, mer séparant Dardania de Troy.

Cette trilogie est plus proche de la première trilogie de Gemmel : Le Lion de Macédoine. Toutes deux sont des épopées prenant place en Grèce et ses alentours. Des combats, une histoire d’amour, une bataille finale qui semble désespérée,… Tous les ingrédients pour faire un bon roman de fantasy à la Gemmel.

Résumons un peu le roman (je précise que je n’ai lu que le premier tome pour le moment).

Selon la quatrième de couverture, Troy est l’histoire de trois personnages : Helikaon, Argurios et Andromaque.

Helikaon en est le personnage principal. Enfant très peureux depuis le suicide de sa mère, reine de Dardania, il va être recueilli (et l’on peut même dire sauvé) par Odysseus, grand navigateur principalement sur des bateaux commerciaux. Il va alors devenir un grand combattant et un homme au cœur généreux. Il sera appelé « The Golden One ».

Lors d’un de ses voyages vers Troy, il va devoir prendre sur son bateau deux Mykenes, peuple ennemi des Dardanniens et de Troy. Parmi ses Mykenes se trouve Agurios. Ce guerrier a juré la mort d’Helikaon pour avoir tué l’un des leurs. Malgré ce détail, Argurios est un homme valeureux qui a juste le défaut de faire parti d’un peuple barbare et de lui être fidèle.  Il veut venger la mort d’un des siens et Helikaon se trouve être le meurtrier.

Lors d’une escale, Helikaon va rencontrer Andromaque. Cette femme était une prêtresse, une femme qui a appris à chasser, à se battre, qui a vécu libre et amoureuse d’une de ses collègues. Elle va pourtant être arrachée à ce bonheur pour épouser le prince Hector. Peu de jours avant son départ pour Troy elle s’échappe du palais pour rejoindre les marins sur les côtes. C’est là qu’elle rencontre pour la première fois Helikaon. Ils n’auront cependant pas le temps d’échanger un seul mot car Helikaon sera attaqué par un Mykene mais dès ce premier regard partagé, notre héro tombe amoureux d’Andromaque et cherchera à la revoir. Malheureusement elle est destinée à épouser son meilleur ami.

Voici un aperçu du scenario. La première partie se déroule sur la mer, la seconde à Troy. Comme tous les romans de Gemmel, dès que l’on ouvre le roman on ne peut plus le lâcher. Un bon roman de fantasy comme je n’en avais pas lu depuis longtemps et malheureusement je vais devoir attendre un peu avant de lire la suite. Je regrette cependant les antihéros de Gemmel tels que Waylander. Helikaon est trop bon, semble n’avoir aucun défaut. Mais ça n’en reste pas moins un excellent roman.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :