Recherche

Au fil des lectures

Présentations et critiques de mes lectures

Catégorie

Romance

Les mille automnes de Jacob de Zoet

Les mille automnes de Jacob de Zoet

De David Mitchell

Publié par Points

 les-mille-automnes-de-jacob-de-zoet-421287

Deuxième roman emporté au Japon. Le premier était d’une auteure japonaise, celui-ci est d’un auteur anglais mais se déroule près de Nagasaki, fin 18e début 19e, à l’époque d’Edo.

J’avais lu une critique positive dans Livres Hebdo à sa sortie, mais j’ai attendu sa parution en poche avant de l’acheter et il est resté un moment sur ma table de chevet, jusqu’à ce que le voyage au Japon me semble la bonne opportunité pour me lancer dans sa lecture.

Ce roman est divisé en 3 chapitres et débute lorsque Jacob de Zoet, jeune clerc, arrive à Dejima, ville portuaire où les Néerlandais commercent avec les Japonais. Le premier tiers du livre se consacre à l’adaptation de Jacob dans cette ville close (puisqu’il leur est interdit de sortir de l’enceinte de la ville et de voyager dans le Japon). Petit à petit, il tombe amoureux d’une sage femme japonaise, Orito. Mais celle-ci lui sera enlevée par un abbé et enfermée dans un temple.

Le deuxième chapitre est entièrement consacré à Orito, sa vie dans le temple (je n’en dis pas trop pour laisser le suspense sur ce lieu horrible et mystérieux où elle est enfermée).
On revient à Dejima dans le dernier chapitre.

Je m’attendais à une belle romance entre deux personnes qui ne pourraient jamais être ensemble à cause des traditions japonaises.
Mais ce roman, surtout dans le premier et dernier chapitre, est davantage une description de la vie dans ces cités portuaires où les commerçants pouvaient rester des années, sans voir leur famille, enfermés dans une ville qu’ils ne peuvent quitter, et surtout entre hommes uniquement. Chacun y fait son petit business en espérant ramener fortune au pays. C’est la course aux promotions. Le récit est très documenté, riche en descriptions, c’est très intéressant.

Je dois cependant avouer que le 2e chapitre est quand même celui qui m’a davantage plu. Ici il est question de romance, des folies sectaires d’un abbé, et je m’y retrouvais peut-être davantage car on est dans un milieu plus féminin, Orito étant enfermée avec une douzaine d’autres femmes.

Ce récit est une belle fresque mêlant descriptions très précises des conditions de vie dans les villes portuaires commerçantes, et aventure romanesque dans un Japon médiéval.

Et quelques photos du voyage au Japon pour illustrer cet article !

montage japon

11212753_10155707581080556_8037150831560690815_n

Publicités

Le Mec de la Tombe d’à Côté

Le Mec de la Tombe d’à Côté

De Katarina Mazetti

Publié par Gaïa

« – Fais attention à ce que tu dis ! Je fais finir par engrosser les draps tout propres, on aura un tas de petites taies d’oreiller à élever ! »

Deux personnes. Deux opposés. Une bibliothécaire très cultivée, moderne et sobre. Un fermier, un manuel qui aime les couleurs, la profusion et les traditions.

Pourtant ils vont se rencontrer dans un cimetière et un regard, un sourire échangé va bouleverser leurs vies.

Alors ce sera le grand amour, la folie, les nuits passées chez l’un ou chez l’autre. Mais la barrière de leurs différences est grande et il est difficile de passer outre ses propres préjugés même quand ils concernent celui/celle qu’on aime.

Un superbe roman qui change les idées. C’est très simple et pourtant on est emportés par la folie de leur passion. On leur souhaite de franchir les obstacles et de filer le parfait amour mais pourtant on sait très bien que ce n’est pas si simple. Comme beaucoup de lectrices, j’imagine, je me suis bien reconnue dans Désirée et, les questions qu’elle se pose, je me les serais posées aussi.

C’est un roman très féminin je pense qui touche les lectrices, les amoureuses du livre qui rêvent de l’homme qui saura leur faire changer les idées, qui leur fera découvrir un nouvel univers, un monde manuel. Un homme, un vrai, qui change du gringalet littéraire =) Mais au final, les différences entre les deux mondes sont un réel obstacle.

À lire, à savourer. Un roman qui fait rêver et qui fait rire ! Pleins de petites expressions, de petites remarques extraordinaires et inattendues (comme la citation au début de cet article =D).

J’adore !

L’Attrape-rêves

L’Attrape-Rêves

Par Xavier-Laurent Petit

Publié par l’Ecole des Loisirs

Retour à la littérature jeunesse avec un roman très sympathique de l’Ecole des Loisirs.

Louise vit dans la vallée, à 30km de la ville. Les habitants de la vallée rejettent ceux de la ville et inversement. Tous les jours, les enfants descendent la route escarpée dans le bus de Dolores pour aller en cours. Au collège, une classe leur est réservée, ils ne sont pas mélangés aux citadins. Un jour, un nouvel élève arrive dans la classe. Tout le monde est intrigué. Qui est-il avec ce prénom étrange : Chems ? Et sa couleur de peau différente. Il sera tout de suite rejeté et charrié. Pourtant un jour, Louise décidera d’aller dans le vallon pour l’observer, lui et sa mère, dans la petite caravane dans laquelle ils vivent. Petit à petit, chaque samedi, Louise ira lui rendre visite et une amitié naîtra. Pourtant, à l’école, leurs regards ne se croiseront jamais tels deux inconnus. Chems continuera de subir les moqueries de ses camarades et Louise l’ignorera.

Dans la vallée, tous les hommes travaillent à la scierie. Mais un jour, celle-ci va faire faillite puis va être détruite par une tempête de neige. Les habitants se retrouvent sans travail. C’est à ce moment qu’un ingénieur et son équipe arrivent et annoncent qu’ils ont un projet pour la vallée. Un grand barrage sera construit et un lac recouvrira la vallée toute entière. Les habitants seront tous embauchés sur la réalisation de ce projet et de nouvelles habitations seront construites pour eux aux abords du lac. Cet homme est accueilli comme un sauveur, excepté pour Chems qui tente d’ouvrir les yeux des hommes sur la signification de ce projet : la vallée, tout ce qu’ils ont toujours connu, sera détruite. Mais personne ne l’écoute et du jour au lendemain Chems et sa mère quittent la vallée en ne laissant qu’un mot d’au revoir à Louise.

Un roman simple et agréable à lire contant une histoire d’amour entre deux adolescents et les difficultés que surmontera Louise suite à leur séparation. Le tout dans une ambiance sympathique dans cette vallée perdue au milieu de la montagne, refermée sur elle-même où tous les habitants sont tellement soudés que même si l’un d’eux commet un crime, personne ne le dénoncera. Une vallée assaillit par des hivers glacials où la neige recouvre tout. Une vallée sur le point de disparaître pour laisser place à un lac à touristes.

A la lecture de ce roman, on est envahi par le calme de la vallée, on est coincé dans ce lieu avec Louise, un lieu où tout se sait mais rien ne se dit.

Une lecture très plaisante, un bon moment de littérature jeunesse.

PS : I Love You

PS : I Love You, by cecelia Ahern

Publisher: Harper Collins

Après avoir vu et beaucoup aimé le film, j’ai décidé de lire le livre. Et j’ai eu la bonne surprise de voir que les deux histoires sont très différentes ce qui m’a permis de ne pas lire une histoire que je connaissais déjà.

Tout comme dans le film, Holly et Jerry vivent une belle histoire d’amour agrémentée de quelques disputes mais Jerry va mourir, attends d’une grave maladie. Pour Holly, ça va être la fin du monde. Elle perd le goût de vivre. Mais Gerry, avant de mourir, lui a rédigé 12 lettres qui représentent une liste de chose à faire. Holly doit ouvrir une lettre par mois. Ces lettres vont peu à peu lui redonner la joie de vivre. Gerry va lui demander de s’acheter de beaux habits, d’aller chanter au karaoké, de trouver un travail. Dans une de ses lettres il lui offre même un séjour pour elle et ses deux meilleures amies en Espagne. L’étape la plus dure pour Holly sera de s’autoriser à tomber amoureuse.

Dans le roman, on parle beaucoup plus de la famille de Holly. Elle n’a pas qu’une sœur, elle a également trois frères. Le plus âgé, Richard, est marié et a des enfants. C’est un scientifique peu sociable avec qui Holly a toujours eu du mal à parler mais elle découvrira au long de l’année ses bons côtés. Jack est également plus âgé que Holly et tous les deux ont toujours été très complices mais Jack deviendra de plus en plus distant après la mort de Gerry. Le petit frère de Holly est un rêveur, mauvais élève et rêve de réaliser un grand film. La sœur de Holly est, quant à elle, très extravagante. Elle revient tout juste d’Australie après une rupture, adore voyager, faire la fête,… tout l’opposée de Holly.

Le livre est beaucoup plus détaillé sur l’entourage de Holly et c’est assez sympathique. Cependant le roman cible plus l’adolescente ou la femme au foyer que le film. Tout d’abord l’écriture n’est pas extraordinaire et il n’y a pas cette histoire romantique et belle de la rencontre avec William. Par ailleurs, ce que j’aimais dans le film était la partie du voyage en Irlande, l’impression de calme qui règne dans ce pays. Dans le roman, Holly vit en Irlande et on n’en voit que la ville, son voyage elle le fait en Espagne dans un superbe hôtel à flemmarder à la piscine ou à la plage. Le roman parle aussi beaucoup de potins, de soirées entre filles et de journées shopping. Bref, je trouve que le livre et le film ne s’adressent pas complètement au même public (même si celui-ci reste féminin dans les deux cas) et j’ai personnellement préféré le film.

Stealing Princes

Stealing Princes, by Tyne O’Connell

T.2 in the Calypso Chronicles

Publisher: Bloomsburry

 

2ème tome de la série des Calypso Chronicles et ça ne va pas en s’améliorant. L’auteur n’a aucune écriture et l’histoire n’est pas très originale mais le premier tome offrait un petit moment de détente tandis que le second est très ennuyant.

Résumons le premier tome. Calypso est une américaine dont les parents, soucieux à ce qu’elle reçoive la meilleure éducation possible, payent une école pour filles très riches en Angleterre, St Augustine. Calypso débarque donc dans cette école, se fait des amies dont la meilleure est Star, fille d’une rock star ; et des ennemies, la pire étant Honey, une peste qui lui fera des misères.

Dans cette école, les filles ont un cours d’escrime où elle retrouve les garçons de l’école la plus riche d’Angleterre. Et quelle surprise… Calypso va combattre contre le prince d’Angleterre Freddy et tous deux tombent amoureux l’un de l’autre. Mais le maître d’escrime Billy, étudiant avec Freddy, tombe lui aussi amoureux de Calypso et il est bien plus mignon que Freddy. Bref, on voit tout de suite l’histoire : Calypso va devoir choisir entre les deux.

Le premier tome est plutôt divertissant avec plusieurs rebondissements mais le second ne présente aucun intérêt. 286 pages et à la fin Calypso finit quand même par faire son choix. Cependant tout au long de l’histoire il ne se passe vraiment rien. Le deuxième tome se résume à une Calypso jalouse de la nouvelle amie de Star, à une calypso qui ne comprend pas pourquoi elle ne reçoit pas de nouvelles de ses prétendants Billy et Freddy et qui rencontre quelques difficultés de cohabitation avec Honey. Donc je n’ai même pas eu le droit au petit moment de détente que j’espérais en lisant ce roman très simple car je me suis ennuyée d’un bout à l’autre.

Cette série est composée de quatre tomes mais je pense que je vais m’arrêter au deuxième 🙂

R7RZ684FFSDP

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :